LES NEWS

[PARCOURS] Germain THOMINE, Footwear Designer et Creative Director

Une collaboration avec DJ SNAKE, l’identité visuelle de l’équipe de France de judo ou encore des dizaines de chaussures : découvrez le remarquable parcours professionnel de Germain THOMINE, Footwear Designer et Creative Director en freelance et diplômé CREAPOLE 2011 en Design Produit et Innovation.

DESIGN MANAGER FOOTWEAR CHEZ MIZUNO

« Mon cursus est simple. » Ce sont les premiers mots que nous dit Germain : il savait ce qu’il voulait faire et où aller pour l’obtenir. Il a toujours eu un faible pour le footwear qui s’est transformé, grâce à ses études à CREAPOLE, en « bagage crédible dans le monde du design industriel ». Il continue : « J’ai toujours aimé l’idée d’associer du textile au design industriel. » Cette fibre créative du textile lui fut transmise par sa mère, elle-même Fashion Designer de formation et peintre depuis plusieurs années.

Une fois diplômé Design Produit et Innovation en 2011, il fait ses classes chez Creation & Focus, agence de design footwear basée à Munich. Il y travaille entre autres pour Puma, Diadora et Odlo. « Ensuite, j’ai été débauché par Mizuno pour être Design Manager Footwear de leur bureau Europe. » Germain est le premier designer non japonais de la marque. Premièrement embauché pour créer des produits destinés au marché européen, il étend très vite sa zone de travail pour toucher à l’Indoor, le Football, le Running et le Sportstyle à l’international. « Ils m’ont vite donné des responsabilités […] sur pas mal de produits. » Il créé pour eux différents modèles et directions artistiques. Il est également l’auteur de l’identité visuelle de l’équipe de France de Judo.

Germain et son collègue d’alors, Luca MARCHET (Product Manager Sportstyle) sont à l’origine d’une catégorie Sportstyle « qui n’existait pas chez Mizuno malgré cent-dix ans d’histoire. Après des heures passées dans les archives performance de la marque, nous avons réalisé qu’il était temps pour Mizuno de faire partie du sneaker game, surtout avec la folie des DAD SHOES. » Une réalisation qu’il partageait avec le reste du marché. D’abord frileuse, la marque accepte. L’impact qu’a eu l’introduction de cette catégorie a confirmé cette attente.

Lorsque Mizuno déménage son siège européen de Munich à Rotterdam, Germain ne peut les suivre. « Je leur ai proposé qu’on continue à travailler ensemble en étant freelance. Ils ont tout de suite accepté. » Depuis, il travaille sur plusieurs projets, pour beaucoup en Sportstyle, et qui sortiront à la fréquence d’un par mois jusqu’à mai 2020.

L’IMPACT CREAPOLE

Dans son travail, il applique une philosophie sur laquelle CREAPOLE met l’accent : « J’ai […] recentré mon approche afin qu’elle soit la plus éco-responsable possible, qu’il s’agisse des matières utilisées, des constructions, afin de limiter les pertes de matières, ou bien du processus global. » Cette démarche, il l’applique depuis toujours : « Clairement, ça vient de mon passé. » Il a toujours été plus proche de l’éco-conception que de l’utilisation du plastique à outrance. Sur la plupart de ses designs, il fait le maximum pour la minimiser. C’est le résultat d’un travail de tous les jours qu’il base sur la recherche et le développement de matières éco-sourcées.

Au moment de parler de son choix de CREAPOLE, Germain souligne l’importance du réseau professionnel de l’école. « Ce réseau m’a clairement fait évoluer dans le bon sens. J’ai fait des stages très intéressants pour des grosses compagnies, des compagnies globales, dès le départ : Quiksilver, Rip Curl, puis en Chine chez Sunlit Design, l’agence du Créapolien Hugo CAILLETON (Diplômé CREAPOLE Design Produit et Innovation en 1999). » Il applaudit aussi la vision d’ensemble que l’école lui a fournie, qu’il s’agisse d’apprendre à travailler en entreprise ou en agence de design. Pour reprendre ses mots, il « n’en [serait] pas là où il est sans [son] vécu à CREAPOLE ». Il est reconnaissant pour son réseau de contact, les personnes qu’il a rencontrées lors de ses stages et dans sa vie professionnelle, notamment celles qui lui ont apporté des contrats depuis son passage en freelance. Enfin, par rapport à la réflexion de création d’un produit, il s’arrête sur un aspect de la pédagogie : « Apprendre à être créatif n’est pas donné à tout le monde. C’est la clé d’une école de design. Ils ont su choper cette clé. Une fois que c’est bien enseigné, ça coule de source. »

LA COLLABORATION AVEC DJ SNAKE

À notre demande, Germain nous parle de certains de ces projets dont une multitude reste à venir, mais celui qui retient notre attention, c’est sa collaboration avec DJ Snake. « C’est une sortie qui, à mon sens, peut être intéressante. » Après que le DJ ait contacté la branche française de Mizuno, Germain a commencé à travailler avec son équipe et ses designers pour concevoir un produit qui colle à son image.

Plusieurs réunions ont lieu à Paris pour trouver « une charte graphique intéressante. » Sur son travail avec Pardon My French, la marque de DJ Snake : « C’était assez excitant de travailler avec ce genre de personnalité et son équipe. Ça reste des projets qui sont intéressants et qui, je pense, peuvent avoir une visibilité importante. »

Il tient à mentionner la notoriété que le DJ a apportée à la marque : « En fait, la manière dont Mizuno Sportstyle s’est […] développée, c’est un petit peu grâce à lui. Il a porté quelques produits que j’ai dessinés il y a un an de ça. La marque et les comptes Instagram ont commencé à bien évoluer grâce à ce mec qui a six millions de followers, quelque chose comme ça. Ça apporte une visibilité d’avoir une crédibilité sur le marché. Ça reste un projet qui est quand même très excitant et c’est une très bonne visibilité pour mon travail aussi. »

© CREAPOLE, 2018. Tous droits réservés — CREAPOLE • 128 rue de Rivoli 75001 Paris • Téléphone : 01 44 88 20 20 —
CREAPOLE PREPA Etablissement d'enseignement supérieur privée —CREAPOLE Etablissement d'enseignement supérieur privé technique