LES NEWS

[SUCCESS] La Nissan JUKE, par Carine GIACHETTI, Designer Couleurs et Matières chez NISSAN

La nouvelle Nissan JUKE, a parmi ses designers, Carine GIACHETTI, Designer Couleurs et Matières et Diplômée CREAPOLE 2008 en Stylisme Mode et Modélisme.  Elle nous raconte son parcours, le travail d’un designer Couleurs et Matières et revient aux origines sur le choix de son école de design : CREAPOLE.

CREAPOLE : En quoi consiste le travail d’un designer couleurs et matières ? 

Carine : « Dans le milieu automobile, le designer couleurs et matières est en charge des couleurs et des matériaux de l’habitacle mais aussi des peintures extérieures aussi bien pour les concept cars que pour les voitures de production, bien que les processus soient totalement différents.

Dans le cas d’un concept car, ce sont des timings très restreints et le designer couleurs et matières travaille en groupe avec les designers, les fournisseurs et l’entreprise qui réalise la voiture.

Dans le cas d’une voiture de production, le designer couleurs et matières a un rôle de chef d’orchestre et travaille avec les designers, les fournisseurs, les ingénieurs, le product planning et les équipes marketing. Il communique avec tous les départements tout au long du processus. Le travail dure plusieurs années : entre deux et quatre ans en moyenne pour une voiture de production. »

CREAPOLE : Quel est votre processus créatif ? Comment abordez-vous un nouveau projet ?

Carine : « Dans le cas de la Nissan Juke, qui est une voiture de production, nous recevons en premier lieu un brief général du product planning qui nous donne la cible, le positionnement de la voiture sur le marché, ses concurrents principaux…

À partir de là, nous faisons un benchmarking, c’est-à-dire que nous étudions ce que nos concurrents proposent et comment nous pouvons nous démarquer d’eux, toujours en termes d’intérieur et de peinture extérieure. Nous regardons le nombre de variations qu’ils ont afin de décider si nous devons proposer deux types d’intérieur ou une dizaine en fonction de la cible et son profil (jeune, urbaine, personne plutôt aisée etc.).

Par la suite, nous regardons les tendances, essentiellement en design intérieur, design produit et design de mode. Un peu moins pour cette dernière car le mode de production est très rapide avec des tendances qui changent tous les mois, alors qu’en automobile nous parlons plutôt de cycles de quatre à cinq ans.

Une fois que nous avons établi les besoins, nous donnons un brief à nos fournisseurs pour qu’ils nous fassent des suggestions de matériaux dont nous sélectionnerons les meilleurs après plusieurs mois.

En parallèle, nous travaillons avec les designers automobiles afin que nous nous adaptions à leur design et qu’ils s’adaptent à nos choix.

Quand le design est fixé, nous abordons la deuxième phase de production. Dès lors, nos interlocuteurs deviennent les ingénieurs car les matériaux sélectionnés vont être modifiés pour qu’ils passent les tests de l’industrie automobile.

À la fin du processus, nous communiquons avec les équipes marketing et communication pour délivrer le même message. Et dans notre cas, vu que nous sommes le studio satellite d’une entreprise japonaise, le Japon est un de nos interlocuteurs principaux. Nous devons donc nous inspirer d’un ADN et d’une sensibilité japonaise pour valider certaines directions. Les décisions et les applications sont donc mondiales. »

CREAPOLE : Comment s’est déroulée votre insertion professionnelle ?

Carine : « Tout a commencé quand j’étais à CREAPOLE. Un des premiers stages que j’ai obtenu était pour Faurecia. À l’époque, il y a dix ans, il n’y avait pas d’études spécifiques couleurs et matières. De ce fait, les entreprises automobiles cherchaient des designers de mode, des profils différents.

Le stage s’est prolongé avec un contrat de professionnalisation. En fin de 4e année, des entreprises japonaises sont venues à CREAPOLE pour sélectionner quelques étudiants pour un stage de deux mois au Japon. J’ai été sélectionnée pour travailler chez Toyota Boshoku. Notre projet était libre : nous avions juste le nom de la voiture et nous devions tout construire autour (études de consommateurs, créations textiles, motifs, sièges en 2D etc.).

Suite à ce stage, Toyota m’a fait une proposition d’embauche que j’ai acceptée. Je suis donc restée au Japon trois ans.

À cette époque, avec mon profil mode, on me demandait principalement de faire de la recherche de tendances, des créations de motifs, des propositions de couleurs. Je travaillais plus pour la partie advanced, pas vraiment sur de la production.

Quand je suis arrivée là-bas, j’étais la seule étrangère dans une équipe de designers japonais. La direction a par la suite voulu s’ouvrir un peu plus à l’international et a alors décidé d’ouvrir un studio de design à Milan. Je suis partie y travailler pendant trois ans avec une petite équipe de huit personnes.

Par la suite, j’ai voulu changer d’entreprise et j’ai intégré Nissan. Je reste très attachée au Japon ! »

CREAPOLE : Comment liez-vous votre expérience CREAPOLE à ce que vous faites aujourd’hui ?

Carine : ‘Un des points très forts de CREAPOLE, c’est la mixité des cursus. Nous sommes mélangés avec des product designers, interior designers, automotive designers… Nous avons une ouverture d’esprit sur les autres spécialités ce que je n’aurais pas eue si j’avais étudié dans une école purement de mode.

CREAPOLE a également un fort ADN en termes d’identité graphique, de rendu graphique (notamment sur Photoshop), de communication visuelle. Cela m’a beaucoup aidé dans mon travail. »

 

CREAPOLE : Comment avez-vous choisi CREAPOLE et pourquoi ?

Carine : « Je suis allée sur un salon étudiant car je voulais faire de la mode. J’avais sélectionné deux écoles dont CREAPOLE. Le stand m’a plu car il était très visuel, très attractif. J’ai donc pris une documentation et décidé de visiter l’école.

En la visitant, j’ai senti une ouverture d’esprit, une ambiance plus cool et plus dynamique. L’important pour moi était de trouver une école qui corresponde à mon caractère, à ma personnalité et j’ai trouvé que CREAPOLE répondait à ces critères.

De plus, le fait que l’école offre différents parcours était vraiment un plus pour moi, car cela me permettait d’avoir un regard sur ce qui se passait aussi dans d’autres domaines, donc de ne pas me renfermer dans un milieu unique. »

© CREAPOLE, 2018. Tous droits réservés — CREAPOLE • 128 rue de Rivoli 75001 Paris • Téléphone : 01 44 88 20 20 —
CREAPOLE PREPA Etablissement d'enseignement supérieur privée —CREAPOLE Etablissement d'enseignement supérieur privé technique