LES NEWS

[PARCOURS] Pierre de VIGUERIE, Directeur Artistique chez Pylones

Quand Pierre est arrivé à CREAPOLE, il ne savait pas quel designer il voulait être. Aujourd’hui Directeur Artistique chez Pylones et créateur de meubles passionné, découvrez son parcours et comment il a trouvé sa voie pour s’épanouir professionnellement et personnellement dans la création et le design.

CREAPOLE : Bonjour Pierre, merci d’avoir accepté cette interview, peux-tu commencer par te présenter ?

P.d.V : Bonjour, je suis Pierre de VIGUERIE, je suis Directeur Artistique chez Pylones, créateur de meubles, passionné d’artisanat et de bricolage, fou de design et de matières et diplômé de la spécialisation Design Produit et Innovation de CREAPOLE en 2014.

 

CREAPOLE : En quoi donc consiste le travail de Directeur Artistique ?

P.d.V : Selon moi, le métier de Directeur Artistique, et de designer également, c’est déjà avoir le culot de se dire qu’on est capable d’imaginer des produits qui vont plaire à d’autres. Après bien sûr, cela passe par la création de concepts, par mettre en forme, valoriser,  soutenir, mettre en avant et accompagner des projets jusqu’à leurs sorties.

Il y a une partie management d’équipe et gestion de projet également. En tout, je gère une équipe de 4 personnes : un photographe lifestyle, une photographe pour le site internet, une graphiste pour internet, les cartels et les outils de présentation ainsi qu’une assistante graphiste. 

 

CREAPOLE : Comment es-tu devenu Directeur Artistique chez Pylones ?

P.d.V : Après mon diplôme CREAPOLE, j’ai réalisé un stage chez Nike à Amsterdam en tant que Footwear Designer. Mes missions reposaient essentiellement sur les couleurs et matériaux : je dessinais différents motifs et déclinais les matériaux et couleurs des chaussures et vêtements pour le marché européen (Intersport, Décathlon…).

Ensuite, j’ai continué à travailler pour différentes marques, en freelance, dont Le Gramme, une bijouterie à Paris. Je faisais des propositions design et des rendus 3D pour les présentations avec leurs partenaires Le Bon Marché, Colette etc.

En 2015, j’ai commencé chez Pylones comme Designer Produit en CDD. Mon poste était vraiment axé sur le design produit mais je voulais faire plus. J’ai donc proposé la création d’une collection capsule pour l’été 2016 sur un thème tropical.  C’était une première chez Pylones et elle a si bien fonctionné que j’en dessine désormais deux par an : une pour l’été et l’autre pour l’hiver. J’ai également pris en main toute la partie communication : événements presse, photographies, flyers.

J’ai récemment été nommé, en août 2019, Directeur Artistique par les fondateurs de Pylones, qui m’ont fait confiance et avec qui je travaille en lien direct puisque nous gérons désormais à nous 3 toute la partie créa.

 

CREAPOLE : Quelles sont les qualités d’un Directeur Artistique ?

P.d.V : Il faut sans cesse regarder, s’inspirer, se nourrir des tendances. Il est important de développer sa sensibilité, d’affiner ses ressentis et d’affuter son instinct créatif.

Il est également important de connaître les processus de fabrication des produits, quels sont ceux qui fonctionnent bien, qui sont rentables, les processus innovants, les nouvelles matières etc. Il faut également développer ses compétences de gestion de projets, d’être capable de se projeter…

Fabriquer des objets, cela s’apprend. Une fois qu’on maîtrise la technique et les outils, on peut tout faire. Pour moi, le plus dur dans le métier de designer, c’est d’avoir tout le temps des idées.

 

CREAPOLE : Sur quels projets travailles-tu ?

Les projets dont je m’occupe chez Pylones sont divers et variés. Cela peut aller de la validation d’une newsletter ou d’un flyer à des objets, motifs ou autres. En fonction des projets la démarche peut être différente.

Chez Pylones, il y a deux principaux processus de création :

  • La création de motifs qui commence par définir l’histoire à raconter et la recherche d’un motif illustrant parfaitement cette histoire. Ce motif, nous le travaillons et le retravaillons encore et encore afin de trouver les bonnes couleurs notamment. Ensuite, nous le présentons aux décisionnaires et nous déclinons ce motif sur différents supports (bagagerie, étuis à lunettes…)
  • La création d’objets qui, avec deux autres designers intégrés, commence par un brainstorming d’idées d’objets, en prenant également en compte les suggestions de nos clients. Ces idées sont ensuite individuellement évaluées selon leurs potentiels et coûts pour réaliser ensuite une sélection.
  • Après, il y a mille manières de faire des objets et la création repose sur de multiples processus.

 

 

CREAPOLE : Peux-tu nous en dire plus sur les stages que tu as effectués ?

P.d.V : En 3e année, l’année du Bachelor, j’ai fait mon premier stage chez la marque audio ELIPSON. J’ai adoré ce stage et mon maitre de stage. Il avait cette envie de partager et il m’a dit : « tu es là pour apprendre, propose nous des projets ». Dès que j’avais une idée sur un brief, il m’accompagnait et prenait du temps pour m’accompagner étape par étape jusqu’à la présentation auprès des décisionnaires. C’était un stage génial qui m’a beaucoup appris.

Par la suite, j’ai eu envie de découvrir un autre univers. J’ai donc effectué mon deuxième stage chez ZERO D à Montpellier, une entreprise d’équipement sportwear pour triathlon. On faisait de la création de textile, des petites pièces de sac-à-dos, des boucles, du graphisme. J’avais comme maître de stage William MAZUEL, désormais Experience Design Director chez McKINSEY et Diplômé CREAPOLE 2011 en Design Produit et Innovation.

C’est durant ce stage que j’ai appris à faire mes premiers tech pack, à dessiner des sac-à-dos et des choses très techniques de manière générale, autour de la couture et de la construction. On était assez libre de tout proposer. L’équipe était petite avec une super ambiance, on allait tous les midis à la piscine en plein air ensemble.

Pour finir, mon stage de fin d’études s’est déroulé dans une agence d’éco-conception appelée Mouvement Créatif à Montréal au Canada. J’avais envie de partir à l’étranger et de découvrir autre chose encore. Durant ces 6 mois de stage, on a construit et imaginé des choses alternatives en accord avec ce qu’on pouvait récupérer à la Mairie de Montréal, tels que des vieux bus, des vieux sièges pour aménager des espaces urbains, des logements et d’autres choses pour la ville. C’était une expérience très sympa.

J’ai pu voir des domaines très différents grâce à ces stages trouvés par CREAPOLE. C’était exactement ce que je voulais car je ne savais pas encore réellement vers quel secteur me tourner. On retrouve le côté très ingénieur chez ELIPSON, le sportswear textile et graphisme chez ZERO D et un côté plus éco-conception chez Mouvement Créatif.

 

CREAPOLE : C’est donc CREAPOLE qui t’a trouvé ces stages. Est-ce la raison qui t’a fait choisir CREAPOLE ?

Tout à fait, CREAPOLE me plaisait par son approche des stages et de l’emploi. 

 

CREAPOLE : As-tu rencontré des difficultés durant ton parcours ?

Je pense que la plus grosse difficulté fut de prendre la décision de devenir designer et pas ce qu’on attendait de moi.

Après, bien sûr, étudier à CREAPOLE demande beaucoup de travail, de rigueur et d’implication personnelle. J’ai dû faire des nuits blanches régulièrement.

Mais à part cela je n’ai que de bons souvenirs de l’école. J’ai particulièrement apprécié que CREAPOLE n’essaye pas de vous faire entrer dans un moule. CREAPOLE vous donne suffisamment d’outils créatifs pour que, selon votre personnalité et votre projet, vous puissiez créer votre cursus en développant les compétences de votre choix.

Par exemple, je ne suis pas forcément un très bon dessinateur mais cela ne veut pas dire qu’on n’est pas designer pour autant ! L’essentiel c’est d’arriver à exprimer ses idées et de les partager. Et là c’est gagné !

© CREAPOLE, 2018. Tous droits réservés — CREAPOLE • 128 rue de Rivoli 75001 Paris • Téléphone : 01 44 88 20 20 —
CREAPOLE PREPA Etablissement d'enseignement supérieur privée —CREAPOLE Etablissement d'enseignement supérieur privé technique